• Allâhoumma salli alâ sayyidinâ Mouhammadine abdika wa nabiyyika wa rassoûlika annabiyyil oummî wa alâ âlihî wa sahbihî wa sallama taslîmane

    1 commentaire
  • 17. Seigneur des deux Levants et Seigneur des deux Couchants ! 18. Lequel donc des bienfaits de votre seigneur nierez-vous ?

    votre commentaire
  • Le  Mercredi 1er Novembre 2006, le Centre de Recherche Ouest Africain (WARC) et la West African Research Association (WARA), nous ont convié à une table ronde sur le thème les Dynamiques Actuelles de l'Islam en Afrique de l'ouest





    Cette table ronde publique clôturait 3 jours de débats restreints entre universitaires d'Amérique du nord et d'Afrique de l'ouest.




    Après une synthèse des débats par le Pr Penda Mbow de l'UCAD de Dakar, le Pr Yacouba de l'université de Cocody nous a fait un exposé sur le thème. Selon le Pr Yacouba l'Islam est arrivé en Afrique occidentale à la fin des grands empires ouests africains et à participer dans une certaine mesure à leur déclin. Son expansion s'est fait du nord vers le sud avec un plus grand succes dans la zone de savane du nord et un succes moindre dans la zone forestière du sud de l'Afrique occidentale. L'Islam revêt un caractère transnational par le jeu de ses acteurs; on peut noter les pélerinages et célebrations religieuses de Touba, Tivaouane, Médina Baye, etc. qui drainent des pélerins de toute la sous région. On peut noter également l'envoi de Malams (doctes des sciences religieuses) en Côte d'ivoire et dans la zone forestière pour assister les musulmans et disciples de ces zones. Mais on ne peut pas dire pour autant que l'Islam est vécu de la même façon partout en Afrique occidentale, il y a des spécificités dans certains pays comme le Sénégal. Le Pr Yacouba nous fait noter que l'Islam a été diversement assimilé du nord au sud. Le nord a plutôt bien accueilli l'Islam et plus on s'enfonce vers le sud l'Islam est de moins en moins bien accepté, avec des inquiètudes sensibles encore aujourd'hui, des populations des zones forestières. Le Pr Yacouba en appelle enfin à un dialogue entre religieux et chercheurs.



    Il a été demandé aux chercheurs américains d'exposer les similitudes et/ou différences entre leurs zones de recherches et l'Afrique occidentale ou un pays particulier à l'éclairage de leurs échanges avec leurs collègues ouest africains.





    • Pour un chercheur intervenant au nord du Nigéria, il y a une différence notable au niveau de la terminologie du débat entre le Nigéria et le Sénégal: au Nigéria le débat sur la religion se fait avec une forte insistance sur l'Identité musulmane contrairement au Sénégal où les termes du débat sur la religion manipulent plus les notions liées à la laïcité


    • Pour un chercheur de Pennsylvanie, consultant en affaires islamiques d'une radio américaine, on se rend compte que l'Islam est systèmatiquement associé au monde arabe dans l'opinion américaine alors que la majorité des musulmans ne sont pas arabes


    • Pour un chercheur d'une région indienne, on peut constater que dans la plupart des pays en Afrique occidentale il y a un cloisonnement des différentes réligions contrairement à une région en Inde marquée par un environnement multiculturel Siqh, hindu et musulman


    • Pour un chercheur intervenant au maghreb on peut noter la centralité de la présence soufie en Afrique occidentale contrairement au maghreb même si il y a une recréation croissante de la pensée soufie avec une recherche d'orthodoxie. Le vocabulaire religieux, spirituel, eschatologique est trés présent chez les jeunes notamment les candidats à l'émigration.



    Après les interventions des chercheurs, le public a eu droit à la parole et des interventions très intéressantes ont été notées. On peut retenir les propos très simples du Cheikh Moustapha Niass qui a tenu à répondre à deux interrogations qui ont traversées les débats des chercheurs pendant ces trois jours à savoir :Qui est le musulman? et Qui est une autorité en Islam?



    - Qui est le musulman?  Toute personne qui fait la chahada c'est à dire toute personne qui atteste par la parole "laa illaha illallah" qu'il y a un Dieu unique: Allah et que Mouhammad est son envoyé.



    - Qui est une autorité habilitée à parler au nom de l'Islam?  Toute personne instruite en sciences religieuse est habilitée à parler au nom de l'Islam




     



     


    votre commentaire
  • Le Jeudi 31 Août 2006, Journée marathon de l'islamologue Tariq Ramadan à Dakar

    votre commentaire
  • Ce samedi 18 Mars à 16h les étudiants de l'université Gaston Berger de Saint Louis du Senegal accueillent le Professeur Barkham Diop.



    5 commentaires